wrapper

Mercredi 07 Décembre 2022

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact  |   Version Arabe

Fil d’actualités :

- Ecrit par : Lakhdar KHELFAOUI

 

... Sur les quais de la vie occidentale, dés que les rames de métros, trains et autres s’approchent on se précipite tous, — on se bousculant les uns les autres — pour les emprunter en — mode d’apnée — tout au long de nos parcours. Dès qu’on quitte l’espace de la soumission au « nouvel ordre » on retire les masques pour respirer un bon coup le « vieil air pur gratuit sans contraintes de nos dirigeants », désormais, depuis 2 ans (à l’instar de mes prédictions, il y a longtemps), l’air pur n’est plus gratuit ni sans contraintes ; il peut nous coûter des amendes et des poursuites. On rentre dans le lieu du travail en — mode apnée —, on salue les collègues en mode apnée, on discute en mode apnée, en attend vivement la fin de la demi-journée restante (pause déjeuner) ou heure de mini-pause, car on n’a jamais été malmené de la sorte, infantilisés que dans ces temps-là !


On quitte les bureaux avec grande précipitation (en troupeaux ou chacun pour soi !) Tout le monde n’a en tête qu’a sortir et tenter de tricher un peu en volant l’air pur une fois retrouvé à l’extérieur en sortant des « cages » dites — lofts — professionnelles dont l’oxygène où l’accès à l’air libre est banni ou légiféré par nos élus ou la santé publique sous forme de décrits ou mesures — circonstanciels sans fin. Pendant qu’on traverse la rue ou le passage piétons (liberté individuelle piétinée !) on se dirige vers la zone de commerces pour nos besoins essentiels quotidiens — s’il y a besoin —, on remet le masque qui (était à peine plié vers le bas de nos mentons dévalués) un bec en berne ! On rentre dans la boulangerie pour acheter notre petite baguette où notre «  crudité à la va-vite comme des « fugitifs ou hors la loi », le temps presse, notre stresse nous presse, la vie on n’en parle plus. Une fois rentré, on ressent le manque de confiance, l’incertitude, l’hésitation en soi où la suspicion envers l’autre, les regards des inconnus nous prennent par le bout du nez enfoui sous une CapotoVid ( en mode masqué et en apnée. On ressort et l’on marche quelques mètres de l’autre côté de la rue d’en face, si on avait envie d’acheter quelques fruits ou légumes (on devrait bien sûr maintenir notre mode de pénétration des espaces privés et même publics en apnée). Puis il faut marcher un bon quart d’heure en tenant bien ton allure et attitude de bon citoyen-mouton respectant « les restrictions des libertés individuelles » jusqu’à ton prochain court rendez-vous avant la fin de ta mini-pause (car dans moins d’une demi-heure la [cage professionnelle] t’attends pour terminer le reste de tes sept heures du travail en mode apnée. Ton cœur qui bat la chamade, à une heure avant la fin de cet esclavage journalier — très, très moderne — pris soudainement par tes palpitations, ton stresse augmente de plus en plus, juste parce que tu as pensé — comme d’habitude — au parcours de - con - battu , le retour vers chez toi en fin de journée, en pensant surtout à la pagaille dans les gares, Paris Saint-Lazare, Paris gare du Lyon, Paris gare de Châtelet, Paris Gare du Nord, Gare de L’Est, Gare Paris Montparnasse ; que tu devrais affronter tout ce « périple » en mode apnée, et « debout » à la fois s’il vous plaît ! (Tout le monde entassé comme des «  sardines » , non ces boites à conserves contiennent désormais des «  usagers — moutons’ », que la SNCF n’a jamais était au rendez-vous avec les citoyens ; (crises ou pas, pandémie ou prospérité, guerre ou paix) . Ils ont de belles excuses pour les «  dysfonctionnements » dans le service créé depuis l’âge du charbon ! En ce moment juste avant 18 h et quelques minutes avant que cette «  foutue rame » de déportation des gens vers leurs arrêts respectifs, ton téléphone sonne, tu aurais du mal à décrocher et le sortir de ta poche intérieur (par peur d’être volé pendant que tu luttes ton apnée, ta fatigue, ton stresse, etc.) . Les écouteurs ne suffiront pas pour connaître l’identité et l’importance de cet appel intrusif. Au moment que le train de la banlieue démarre enfin, que les autres te collent au cul, d’autres font abstraction à ton thorax, même il y ‘en a qui fait -par son visage- presque une face supplémentaire superposée (imposée par manque d’espace et place) à ton masque «  systémique» initial ! Tu arrives par miracle à déverrouiller ton smartphone, un numéro n’appartenait pas à ton répertoire, tu réponds avec une grande hésitation et gêne, car comme-ci tous ces gens voient pour la première fois une personne sortir un engin de communication et qu’ils ne connaissent pas encore l’air des téléphones portables, ils te regardent tous en même temps comment tu fais, comment tu parles, c’est le seul moment de ta journée où tous attentifs à toi et à ce que tu dis, inutile de parler moins fort et discrètement, n’oublie pas que tu es en mode «  esclave » c’est-à-dire en apnée (masqué) et ton interlocuteur de l’autre bout de la ligne risque de rien d’entendre... Les numéros d’appel qui ne figurent pas dans ton répertoire ou numéro masqué sont souvent des sociétés (charognards) de recouvrements pour des factures impayées ou en retard ! Si ce n’est pas eux, ça serait forcément un de tes enfants qui appelle pour te dire que son frère avait exterminé son pot de Nutella, ou il n’a rien laissé des gaufres achetées il y a moins de 24 heures ! Si ce n’est pas un de tes enfants (parce que parfois ils appellent tous à tour de rôle un par un, pour de multiples plaintes infantiles !) alors c’est ton épouse qui appelle pour te dire à la dernière minute qu’il manque quelque chose et il qu’il faut penser de l’emmener avant de rentrer ! C’est marrant quand tu es dans ces situations insupportables ils t’appellent directement, et quand tu es dans une situation proche du confortable ils t’envoient des messages courts (SMS, que parfois tu les ignores ou tu les oublies ! Le train banlieusard avance en mode (SNCF), une norme française de l’imprévu, car on n’a jamais vu plus fragile plus, tordu et surprenant que les « chemins de fer » d’île de France ! Il faut s’attendre au milieu de ton parcours entendre la voix annonciatrice du conducteur — qu’il est obligé — d’arrêter le «  trafic » pour une durée «  indéterminée », les causes varient selon les jours : un usager avait tiré la poignée d’urgence, une vache avait traversé les rails, des «  individus non identifiés ou inconnus » se retrouvent sur le chemin de notre foutu train de 21e siècle à la française ! Ou une personne tente ou avait tenté un suicide ! On ne parlant pas des justifications telles (pannes électriques, manifestations, mouvement social, etc.). Mais le plus étonnant, c’est que les abonnements sont toujours encaissés et les déplacements ne sont pas gratuits ni remboursés dans des milliers de cas ! L’arrêt et l’attente pour que la SNCF via ses responsables de maintenance bouge son « cul ferreux » rouillé et inadapté aux défis et mutations mondiaux de transport et déplacements de populations la lassitude perdure et s’intensifie dans les «  boîtes à moutons abonnés » qui cultivent en eux une colère «  sourdine’ parfois insoupçonnable !. Cette tranche de vie de nos quotidiens en — mode apnée — est un éternel recommencement. Au milieu de la grande épreuve des odeurs corporelles indésirables, des mauvaises haleines concoctées avec la concentration du monoxyde du carbone, — le pétage des culs —, est assuré tout au long du trajet de chacun, car les bouches sont muselées et en — mode apnée — ! Tout le monde attend quand est-ce ce foutu train ‘démarre’. Nous poumons souffrent, nos neurones s’effritent de plus en plus, des bagarres et différents avec violence verbale et physique se déclenchent parfois donnant l’impression que c’est une «  monnaie courante’ dans les «  rames de la SNCF’. Ils auraient dû exploiter cette ‘tension commune  » entre les usagers comme source d’énergie renouvelable pour alimenter les ‘caténaires’ de ces rames, comme ça, on élimine l’éternel prétexte de manque d’alimentation électrique — par dysfonctionnement ou vandalisme inconnu — et faire circuler ces engins ! À chaque fois qu’on emprunte ces trains d’île de France on prie la ‘trinité monothéiste’ ô (Moïse, ô Jésus et, ô Mohamed) pour que ces débuts ou fins de journée de transport en commun — avec la SNCF surtout — se déroulent sans soucis ni problèmes... Les services de ce groupe proposés à ces usagers depuis plus 20 ans laissent ces «  prophètes’ — encore moins le messager des Arabes — indifférents, pour une simple raison ; ce qu’ils sont morts tous il y a très longtemps aux âges des (ânes et chameaux !). Les morts ne répondent jamais aux détresses des vivants esclaves du temps moderne, quant à leur Dieu, Il » n’a pas à interférer aux affaires d’Êtas laïques et anti religions, encore moins répondre aux besoins futiles des sociétés de ‘cons-sommations’ somatiques, ou symptomatiques ! Quand on sortait des wagons, et les boites déversent et livrent ses «  moutons’ sur les quais de leurs arrêts et gares respectifs, toujours masqués, ils courent vers l’extérieur avec une seul — projet et envie — en tête : rentrer chez soi et enlever en premier ce masque et respirer plein — poumons, se laver vite de la pollution qu’on a accumulée toute la journée, et si l’on restait un peu de force mentale et physique on peut manger un petit morceau seul ou en famille — s’ils ne sont pas encore au lit —, et puis on replonge dans notre lit. Le premier geste qu’il ne faut pas oublier une fois au lit, c’est de régler son réveil à 6 h pile, et par mesure de sécurité, on règle l’horloge de notre smartphone afin de se réveiller à l’heure voulue et partir au plus vite le matin au «  travail » et revivre une journée comme les précédentes à la merci des autres ! Toujours en apnée ! Seulement, il arrive parfois, où tu te réveilles au milieu de cette courte nuit de sommeil en hurlant, et tu te rends compte que tu as passé de mauvais durs moments à cause de ton « apnée de sommeil » qui te joue des tours de temps en temps ! Au final, ton « insignifiante » vie tourne autour — en boucle — d’une apnée à l’autre ! Ils nous ont prévenu tout début de cette « supercherie pandémique » : que nos vies ne seront jamais comme avant !’

— L.K

____
*) SNCF : Souffrance Nationale Collective à la Française.

 

******

 

Pour acheter le dernier ouvrage littéraire publié par « elfaycal.com » dédié aux écrivains arabes participants:
« Les tranchants et ce qu’ils écrivent! : emprisonné dans un livre » veuillez télécharger le livre après achat , en suivant ce lien:
رابط شراء و تحميل كتاب « الفيصليون و ما يسطرون : سجنوه في كتاب! »
http://www.lulu.com/shop/écrivains-poètes-arabes/الفيصليون-و-ما-يسطرون-سجنوه-في-كتاب/ebook/product-24517400.html
رابط لتصفح و تحميل الملحق الشهري العددين ـ 34 جوان ـ سبتمبر 2021 ـ
https://fr.calameo.com/read/0062335949afd29057ca7

‎طالعوا الصفحة الإجتماعية للصحيفة و اشتركوا فيها لنصرة الكلمة الحرة
Pour FEUILLETER ou télécharger le supplément mensuel de "elfaycal.com" numéro 34’ mois (juin - septembre 2021)
format PDF, cliquez ou copiez ces liens:
https://fr.calameo.com/read/0062335949afd29057ca7

*****
أرشيف صور نصوص ـ في فيديوهات ـ نشرت في صحيفة "الفيصل
archive d'affiches-articles visualisé d' "elfaycal (vidéo) liens روابط
https://www.youtube.com/watch?v=M5PgTb0L3Ew

‎ـ تبرعوا لفائدة الصحيفة من أجل استمرارها من خلال موقعها
www.elfaycal.com
- Pour visiter notre page FB,et s'abonner si vous faites partie des 
défendeurs de la liberté d'expression et la justice cliquez sur ce 
lien: :https://www.facebook.com/khelfaoui2/
To visit our FB page, and subscribe if you are one of the defendants of 
freedom of expression and justice click on this 
link: https://www.facebook.com/khelfaoui2/
Ou vous faites un don pour aider notre continuité en allant sur le 
site : www.elfaycal.com
Or you donate to help our continuity by going to the site:www.elfaycal.com
https://www.paypal.com/donate/?token=pqwDTCWngLxCIQVu6_VqHyE7fYwyF-rH8IwDFYS0ftIGimsEY6nhtP54l11-1AWHepi2BG&country.x=FR&locale.x=
* (الصحيفة ليست مسؤولة عن إهمال همزات القطع و الوصل و التاءات غير المنقوطة في النصوص المرسلة إليها .. أصحاب النصوص المعنية بهكذا أغلاط لغوية يتحملون

مسؤوليتهم أمام القارئ الجيد !)

 

Dernière modification le mercredi, 10 novembre 2021

Media

Colonnes d'El-Faycal

A Propos

El-Faycal, est une édition internationale bilingue ( Français/Arabe ) :: son existence se renforcera forcément par votre adhésion et votre réaction avec notre noble projet, dans le but d'élargir nos horizons de la liberté de la presse et d'expression. à ceux qui croient en un projet respectueux et objectif nous comptons sur leurs sympathie et surtout les "dons" pour faire vivre ce support et l'agrandir.  Pour toute information, contactez la Direction.

Newsletter

Inscription à la newsletter

Faire un don

Vous pouvez aider votre journal et défendre la liberté d'expression, en faisant un don de libre choix: par cartes bancaires ou Paypal, en cliquant sur le lien de votre choix :